• Accueil
  • > Fin d’une campagne sans relief

Fin d’une campagne sans relief

mer 21 nov 07

Fin d’une campagne

sans relief

par Kharroubi Habib

Fin d'une campagne sans relief spacer

baskets.gif
La campagne électorale touche à sa fin. Ayant démarré timidement, elle ne s’est guère emballée malgré le forcing auquel se sont livrés les partis en lice. Le manque d’intérêt des citoyens a été flagrant tout au long de cette campagne, au point que pour donner l’illusion d’une forte affluence populaire aux meetings animés par leurs chefs de file, des partis ont été dans l’obligation de battre le ban et l’arrière-ban de leurs militants les plus éloignés des lieux de rassemblement. D’autres, faute de base mobilisable, ont tout simplement stipendié les maigres auditoires devant lesquels se sont produits leurs «ténors».

Malgré la faiblesse de la présence populaire à laquelle ils ont été confrontés, ces partis auraient pu tout de même donner du lustre à cette campagne en y instaurant un véritable débat électoral autour des enjeux en cause dans le scrutin du 29 novembre.

Au lieu de cela, ils ont infligé à l’opinion publique de ternes et insipides déclamations. Les uns en ressassant des diatribes éculées, d’autres en s’attribuant de ronflants et injustifiés satisfecit. Tous, en distribuant des pelletées de promesses, certaines de celles-ci franchement ubuesques. Cette campagne sans relief et le total désintéressement affiché par les citoyens à l’égard de ces manifestations, même quand les animateurs vedettes de celles-ci ont été les «grosses pointures» de la scène partisane, confortent le pronostic d’une «bérézina électorale» le 29 novembre. Ce sombre pronostic n’est plus exclu par aucune formation, même celles que les projections donnent pour être les probables bénéficiaires du scrutin.

La perspective d’une abstention à hauteur de celle qui a caractérisé les législatives, ou pire encore avec un taux encore plus élevé, fait cauchemarder tous les états-majors, conscients à juste titre que cette situation discréditera irrévocablement l’ensemble du monde partisan.

De quelle représentation populaire se prévaudront en effet les partis dont les élus aux assemblées de wilaya et communales l’auront été par des suffrages ridiculement restreints ? Quel crédit restera à ces autres formations qui ne vont réunir qu’une poignée de bulletins de vote ? Pour ces dernières, le fiasco électoral redouté pourrait même se traduire par leur disparition pure et simple du panorama politico-partisan. L’on comprend alors qu’elles lancent avec insistance des appels à voter massivement, cela avec l’espoir qu’une participation massive des électeurs les prémunirait nécessairement d’une fin de parcours politique humiliante.

Le compte à rebours a commencé pour le scrutin du 29 novembre. La façon dont l’électorat se comportera conditionnera sans aucun doute le futur paysage partisan, dont la configuration connaîtra très certainement d’irréversibles transformations.

fin.gif

Une Réponse à “Fin d’une campagne sans relief”

  1. MAOUCHE Arezki dit :

    Ces élections qui arrivent ne seront qu’un pale remake des législatives. Nous verrons certainement sortir de la hotte de Père Noêl le maire qui, au nom du Peuple,présidera aux destinées de notre ville.La parcellisation du paysage politique favorisera l’émergence de la médiocrité,encouragée par l’abstention massive.Les élections appartiennent au passé et ce seront toujours les mêmes qui voteront:les fossiles, les intéressés et les thuriféraires même bassement rémunérés.Le travail de fond qu’il faut envisager est celui de redonner à la politique ses lettres de noblesse en ramenant les jeunes,qui de plus sont majoritaires à en faire( de la politique)comment? EH BIEN d’abord leur adresser la parole au moins,en toute occasion.L e fossé entre les générations se creusent de jour en jour, dangereusement.L’incompréhension risque de provoquer la rupture.Il faut faire preuve de pédagogie très subtil pour expliquer la situation, et surtout sa genèse et ensuite,leur dire la vérité absolue: n’eut été l’incurie de nos dirigeants,avec toutes ces richesses,nous serions , à l’heure d’aujourd’hui à l’importation de main d’œuvre.Mais l’oeuvre de destruction entamée depuis 1980 CONTINUE et ne l’arrêtera qu’un sursaut salvateur qui ne peut venir que de cette jeunesse pour peu que quelqu’un ou quelques uns la fasse unir autour d’un rêve, un rêve fécond.Ceci dit, bon courage Monsieur NACERI

Laisser un commentaire

 

amdh meknes |
FUC |
Blog de la promo 2004 de Su... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | validation des acquis
| St Etienne GAY
| JEM School ... ج...